Les ceuillettes

les ceuillettes

quatre ceuillettes

La ceuillette imperial : D’origine chinoise elle ne prélève que le bourgeon terminal. Elle était autrefois reservée à l’empereur et sa cour. Des jeunes filles vierges gantées de blanc et munies de ciseaux d’or effectuaient la précieuse récolte. Ce type de ceuillette nous donnera entre autre les fameux thé blancs.

La ceuillette fine La ceuillette fine : C’est la plus courante. On récolte manuellement le bourgeon terminal et les deux premières feuilles.

La ceuillette dite classique ou semi-manuelle : Le bourgeon et les deux premières feuilles sont récoltées mais de façon plus grossière et moins sélective que s’ils étaient traités entièrement à la main d’où la présence de brindilles, petites tiges et parfois trois à quatre feuilles.

La ceuillette grossière : On peut descendre jusqu’à la cinquième ou même sixième feuille mécaniquement. La rentabilté de production est le facteur numéro un dans ce cas . Bien sûr les feuilles récoltées sont moins belles, plus grandes, moins tendres et moins riche en goût et arômes.

Comme on peut aisément le comprendre, la cueillette est un élément déterminant dans le goût du thé.

Vive les vertus du thé Christine Dattner

 
Publié le 29 décembre 2010, 17:28

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Ajouter un commentaire


Caractères restants : 1000

 

Pub